Maguette Ly - 2018 - LUXEMBOURG

  • demoisellemax

Retour en images sur mon week-end à Gorée


Je vous propose aujourd'hui un post différent des autres... Je suis revenue de mes vacances au Sénégal depuis quelques jours et je ne cesse de penser à ces fabuleux moments que j'ai passés en famille.

Notamment à notre week-end sur l'île de Gorée. Ce n'est pas une première pour moi et pour cause, je ne peux pas imaginer un seul séjour au Sénégal sans passer par cette île. Outre les émotions indescriptibles que l'atmosphère de ce lieu fait surgir en moi, je ressens continuellement le besoin de savourer chaque instant, chaque minute passée à Gorée.

Bien que j'aie l'habitude de visiter cet endroit, c'était par contre la première fois que j'y passais la nuit. J'en fus très ravie car enfant, je redoutais toujours ce moment où, à la fin de la journée, ma maman s'interrogeait sur les horaires de départ de la chaloupe qui nous ramènerait vers la ville. Je me disais toujours que ce serait tellement plus agréable de rester jusqu'au lendemain..

Cet été, ce fut chose faite. Nous avons trouvé une superbe maison d'hôtes et avons été accueillis par Eric, dès notre arrivée.

Le temps de déposer nos affaires et de nous rafraîchir, nous étions déjà repartis direction la baignade! Nous sommes restés dehors jusqu'à la tombée de la nuit, et nous nous sommes dirigés vers un restaurant que nous avait conseillé Eric.

De retour dans notre chambre, nous avons profité de la climatisation et d'une moustiquaire pour passer une excellente nuit.

Le matin, le petit déjeuner fut servi sur la terrasse (semi-ouverte) et nous avons fait la connaissance de Couna, l'épouse d'Eric. Ils nous ont alors expliqué qu'ils tenaient cette maison d'hôtes depuis vingt ans et qu'ils avait à l'époque commencé avec un seul studio. 

 (Là c'est moi sur la photo, en mode tissage, coiffure protectrice que j'ai choisie pour passer des vacances zéro stress!)

 J'aime beaucoup la maison de Couna et Eric. C'est un endroit authentique. Après cette parenthèse admiration, nous sommes partis direction la maison des esclaves.

Cet édifice aux cellules sombres et étroites et aux deux escaliers tombant comme les bras d'un géant (extrait du poème que j'ai écrit, enfant, après ma première visite à Gorée) reste à jamais un symbole incontournable de la traite négrière. A cause de sa position géographique stratégique, la maison des esclaves de Gorée fut un lieu de transit où les esclaves attendaient pendant deux à trois mois leur départ vers l'Amérique. Hommes, femmes et enfants (séparés suivant le sexe et l'âge) s'y entassaient, enchaînés et dans des conditions d'hygiène insupportables, en attendant le départ des bateaux négriers qui conduisaient les survivants vers les côtes américaines. Les survivants, car beaucoup mourraient des conditions affreuses dans lesquelles ils étaient détenus, d'autres se jetaient à l'eau afin d'échapper à ce destin infernal et les plus courageux qui avaient tenté de s'enfuir, ou encore les personnes malades étaient jetés à la mer.

C'est de cette porte qu'ils partaient, la porte du voyage sans retour,

Enfant, je venais écouter Monsieur Joseph Ndiaye, le conservateur de ce monument, raconter de façon toujours aussi poignante comment nos ancêtres étaient traités dans cette bâtisse. Depuis son décès (2009), je n'avais pas eu l'occasion de revenir à Gorée et ce fut avec nostalgie que j'ai écouté cette année, la même histoire racontée par Monsieur Eloi Coly. 

Toujours les larmes aux yeux à la fin du récit, toujours cette rage et ce bouleversement. Mais comme il le dit si bien, "la maison des esclaves se doit d'être pour toujours un lieu de célébration du pardon et de la réconciliation entre les peuples".

Après cette visite émouvante, nous sommes retournés au bord de l'eau, dans un petit restaurant qui propose des spécialités sénégalaises.

Plat national Thiebou djeun, accompagné de jus de bouye. Bref, l'image se passe de commentaires, je me suis régalé.

Nous arrivions à la fin de notre escapade et nous avons alors pris le temps d'acheter quelques petits souvenirs. Comme des magnifiques colliers vendus par cette jeune fille si photogénique.

 Ou encore ce superbe sac qui me permet de me la péter en attendant la chaloupe!

L'arrivée de la chaloupe, qui marque la fin de notre week-end à Gorée.

Je suis heureuse d'y être revenue, après toutes ses années. Et surtout d'y être revenue accompagnée de mon mari et de notre fille. A refaire bien entendu!

Encore merci à Eric pour son accueil chaleureux. 

Les réservations sont possibles sur Booking.com ou directement via son adresse mail erictgoree@gmail.com

#voyages

70 vues